CCRAGALS KESAKO ?   11 juin 2010

Ces dernières années la FFVV a travaillé pour obtenir des instances de concertation valables, permettant aux usagers de l’aviation légère de s’exprimer et faire en sorte que nos bénévoles soient reconnus comme des interlocuteurs à part entière. Maintenant, il s’agit que les vélivoles sachent exploiter les outils mis à leur disposition, et notamment le réseau « d’experts » de la commission espace aérien.

Les interlocuteurs de la FFVV
En matière d’espace aérien, la FFVV a plusieurs interlocuteurs, dont les rôles sont maintenant parfaitement distincts. Coté civil, la DGAC a mis en place un pôle « régulateur », la Direction des Affaires Stratégiques et Techniques (DTA), chargée d’élaborer les règlements et de donner un avis sur les créations d’espace. Au niveau régional, la France étant « décentralisée », ce sont les Directions de l’Aviation Civile (DSAC) qui auront ce rôle. D’autre part, le pôle « opérateur », les « Services de la Navigation Aérienne », centres et tours de contrôles, représentés par la « DSNA » à Paris et les « SNA » en région.
De leur coté, les militaires ont mis en place un mode de fonctionnement similaire, séparant la partie régalienne (DIRCAM), de la partie opérationnelle « prestataire de service ».

Le mécanisme de création des zones.
Les créations de zones sont soumises à un processus très précis de concertation entre ces diverses parties. Pour simplifier, nous dirons que l’essentiel du travail est effectué en région, dans les « Comités Régionaux de Gestion » (CRG), instance de négociation entre toutes ces parties qui se réunissent deux fois par an, au Printemps et à l’Automne. La FFVV n’y est pas invitée. Mais, un mois avant chaque CRG, les fédérations sont consultées sur les projets dans les « Comités Consultatifs Régionaux de l’Aviation Légère et Sportive » (CCRAGALS). Ce sont les sept DSAC régionales qui sont chargées de présider ces CCRAGALS, de noter l’avis des usagers et de le retransmettre au CRG.
Les projets de zones temporaires (ZRT, ZIT, NOTAMS) ne sont pas soumis à une consultation obligatoire des usagers. Point positif, certaines DSAC questionnent la FFVV avant de donner un avis au CRG, mais d’autres, pour le moment, ne s’engagent pas encore dans ce type de concertation informelle.

Il est important de retenir le rôle central des DSAC, en région, chargées d’une sorte d’arbitrage « neutre » entre les différents usagers (sportifs, commerciaux…), et les organismes du contrôle, dans l’intérêt de la sécurité et du respect de la réglementation. Depuis la création des CCRAGALS, ce rôle « d’interface » avec les usagers de l’aviation légère s’est encore renforcé, et les DSAC semblent le prendre à coeur.


Le représentant CCRAGALS, ou CREA, cheville ouvrière de la défense de l’espace aérien.

L’organisation de la commission espace FFVV est principalement centrée autour des coordinateurs régionaux CREA qu’elle a désigné pour participer aux CCRAGALS. Nous les avons choisi en coordination avec les CRVV, afin qu’ils animent une équipe technique régionale qui défendra les intérêts des clubs dans les projets locaux de modification de l’espace aérien, mais avec le recul nécessaire pour préserver les possibilités de vol campagne. Une présence assidue, des contacts réguliers avec les administrations (et une grande patience) sont absolument nécessaires à l’obtention de résultats.

Ainsi, la commission espace aérien « nationale » peut ainsi mobiliser ses forces pour travailler avec la DTA ou la DSNA sur des questions plus globales de portée nationale (transpondeurs, réglementation, ….). Elle évite de « survoler » des dossier locaux qui méritent un travail de fond. D’ailleurs, l’intervention de la FFVV « parisienne » au niveau local est parfois mal perçue par nos interlocuteurs et se révèle contre-productive.

Le CREA a donc un rôle pivot,

car il devient l’interlocuteur naturel des DSAC, des SNA, des comités régionaux et des clubs qui en dépendent, et il travaille en étroite relation avec la FFVV pour connaître les orientations générales.
Ce schéma de fonctionnement porte déjà ses fruits avec de nombreuses avancées en régions et une prise en charge permanente pour l’étude, la mise en place mais également le suivi dans le temps de nos dossiers.
Les représentants CRAGALS ou CREA sont donc au coeur du problème, interface efficace et permanente, dont il convient ici de saluer la qualité du travail et de leur engagement.

Ceci ne serait pas complet si on ne citait pas le travail transversal réalisé entre les fédérations, nationalement et régionalement. qui au travers du CNFAS, s’efforcent de définir des positions communes et de coordonner leurs actions. Si nos activités sont différentes, nous nous rejoignons sur les grands principes, à commencer par la liberté de circulation.

Nous vous invitons tous à consulter la liste des CREA et à entrer en contact avec eux autant que nécessaire. Il ne faut pas hésiter à les aider en étoffant les équipes régionales, car il y aura toujours assez de travail pour tous. Evitez de laisser reposer une matière aussi importante sur les épaules d’une seule personne ! La DGAC est « décentralisée », donc nous le serons aussi.

Tags :
Cette entrée a été publiée le Vendredi 11 juin2010 à 14 h 07 min, et rangée dans CCRAGALS. Vous pouvez suivre les réponses à cette entrée via son flux RSS 2.0.Vous pouvez laisser un commentaire, ou faire un rétrolien depuis votre site.

Aucune réponse

Laisser un commentaire